Le forum des citoyens de la commune de Guipry-Messac

Bonjour et bienvenue sur VOTRE forum
Vous allez enfin pouvoir vous exprimer librement ici
Allez,soyez pas timide !!!

Le forum des citoyens de la commune de Guipry-Messac

Forum de discussion des habitants de Guipry-Messac ...
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Le forum indépendant,d'accès libre et facile d'utilisation pour qui veut faire passer messages,commentaires et idées ...              


Blog de Guipry
Derniers sujets
» Un parc d'attraction "bientôt" chez nous...
Jeu 17 Aoû 2017 - 17:21 par Ben-J

Mots-clés
Météo sur 4 jours

Météo GuipryMessac  


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 banques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
roger gal
Pique un peu
avatar

Masculin Messages : 14
Date d'inscription : 10/07/2015
Localisation Localisation : ille et vilaine

MessageSujet: banques   Dim 12 Juil 2015 - 11:19

j'apprend que la BNP était préte à avancer 10 000 000 000 € (oui 10 milliards d'euro)
à SFR pour le rachat de bouygues tél, et ce alors que la dette de SFR est déjà DE 40 000 000 000 € (40  MILLIARDS D'EURO) soit 1/8 de la dette grécque!
Reçu de ma banque (BNP)un courrier me menaçant à cause D'UN LEGER DECOUVERT§  
100 MILLION DE FOIS MOINS QUE SFR!
cette banque qui devrait s'appeler BPN banque des pieds nickelé
8 millards d'amende par les USA
3 cadres dirigeants qui font un déli d'initié et réussissent l'exploit de se faire sanctionner par la COB ( un organisme de contrôle composée d'aveugles sourds muets)
Non je n'aime pas ma banque, elle n'a même plus la pudeur de cacher ses secrets!
Vous me direz change de banque!
elles se valent toutes et ne valent rien!
Si vous avez de l'épargne achetez de l'or et enterrez le dans votre jardin ou partez faire une croisière (si vous aimez vous emmerder en compagnie de bobo, en regardant la mer)
bon je vais aller regardr pousser mes tomates
Voltaire avait raison il faut cultiver son jardin
surtout qu'en cas de crise financière on ne bouffera pas des milliards virtuels
j'aimerai mettre nos financiers et économiste de talents sur une ile déserte avec un milliard d'euro virtuel; combien de jour survivraient ils?
 J'ATTEND VOS CRITIQUES VOS IDEES? VOS COMMENTAIRES ET EXPERIENCE SUR UN SUJET QUI ME TIED A COEUR
Bon dimanche
Revenir en haut Aller en bas
papa
Pilier du forum
avatar

Masculin Messages : 521
Date d'inscription : 18/11/2014
Localisation Localisation : guipry

MessageSujet: Re: banques   Dim 12 Juil 2015 - 15:25

Si la Banque centrale européenne (BCE) est parvenue à calmer la panique sur les dettes publiques, il n’en reste pas moins qu’un billet de 10 euros déposé dans une banque grecque a aujourd’hui moins de valeur qu’un billet de 10 euros déposé dans une banque espagnole, qui lui-même vaut moins qu’un billet de 10 euros placé dans une banque allemande. 
Il n’existe pas de signe plus clair de la désintégration de la monnaie unique.
l’enjeu dépasse la seule zone euro et provoque la montée des nationalismes par le fossé qui se
creuse entre les économies du coeur de l’Europe et celles de sa périphérie qui risque de provoquer la désintégration de la zone euro, elle engendre les souffrances sociales.

Notre analyse erronée de la nature de la crise, débouche sur l’austérité radicale et la proposition du passage à l'Europe fédérale, impossible a réaliser actuellement.

La zone euro doit faire face à quatre crises : une crise bancaire , une crise de la dette publique ((conjuré par le Mécanisme européen de stabilité (MES) en septembre 2012), une crise de sous investissement et, désormais, une crise sociale, conséquence des mauvaises décisions prises depuis 2008.

L’impossibilité pour ces États membres de dévaluer leur monnaie ou d’accroître leurs dépenses publiques et l’absence de hausse significative de la demande globale, les régions les plus fragiles subissent une vague combinée de désinvestissements et de fuite des capitaux.

La solution est urgente et pour cela, elle doit s'inscrire dans l'existant pour gagner du temps et ne pas avoir à remettre en question les traités, les institutions comme les garanties nationales ou les transferts fiscaux au niveau européen.

Ne serait-il pas profitable à la Grèce de sortir de la zone Euros s'abstenir du paiement d'une dette qui de toute façon ne sera jamais honorée et dévaluer?


Votre réponse à caractère confidentielle, hors forum: bp123fr@yahoo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Labaze
Concierge du forum
avatar

Masculin Messages : 1146
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 4
Localisation Localisation : GuipryMessac

MessageSujet: Re: banques   Dim 12 Juil 2015 - 23:31

ça pique les yeux vos chiffres là,Roger dites donc !!!
En effet,plus c'est gros plus ça passe,mais je ne sais pas pourquoi cogite
En ce moment vaut mieux placer son argent ailleurs que sur des comptes en banques - l'or ? pourquoi pas,mais aussi "la pierre" (construction).
Pour ma part,j'ai pas encore fini de payer la mienne de résidence,du coup j''espère que ma banque fasse faillite car oui,je lui en doit plus que j'en ai de placé chez eux


« Colère et intolérance sont les ennemis d'une bonne compréhension.  » Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
http://guipry-messac.forumactif.org
Pavé dans la mare
Invité
avatar


MessageSujet: Re: banques   Lun 13 Juil 2015 - 10:20

Roger Gal a écrit :
"Voltaire avait raison : il faut cultiver son jardin
surtout qu'en cas de crise financière on ne bouffera pas des milliards virtuels
j'aimerais mettre nos financiers et économistes de talent sur une île déserte avec un milliard d'euro virtuel ; combien de jour survivraient-ils ?
"

Quelle que soit la banque, c'est notre argent qui l'intéresse... Aucunement la relation humaine. Même ici en région rurale, leur politique suit à la lettre les ordres du parti... OUPS, du siège voulais-je écrire ! Une autre forme d'autoritarisme menace

Un cas parmi d'autres : un jeune couple du secteur souhaitant créer son commerce de détail avec des produits non encore présents et qui plairaient à un bon nombre de clients locaux, s'est vu par 2 fois refuser le prêt d'une somme modique pour achat de marchandises, alors que ces jeunes sont motivés, sérieux et réalistes.

Motif invoqué : "ces produits ne conviennent pas au marché du secteur"...
Quelle affirmation stupide puisque sans repère comparatif !
Vous voulez connaître le nom de ces banques ?
Le Crédit Mutuel de Bretagne et le Crédit Agricole, avenue du port à Guipry-Messac.
La véritable raison est que ces personnes n'empruntent pas pour acheter des murs ou un fonds de commerce puisqu'ils loueraient la boutique en lançant une nouvelle activité.
Alors pour de la marchandise et trésorerie, cette opération ne les intéresse pas.

Conclusion : les banques n'en ont rien à faire de prendre les moyens de relancer l'économie carton rouge Elles n'agissent que pour faire le maximum de bénéfice sur le dos de ceux qui travaillent.
Revenir en haut Aller en bas
papa
Pilier du forum
avatar

Masculin Messages : 521
Date d'inscription : 18/11/2014
Localisation Localisation : guipry

MessageSujet: Re: banques   Lun 13 Juil 2015 - 10:55

Citation :
Conclusion : les banques n'en ont rien à faire de prendre les moyens de relancer l'économie  Elles n'agissent que pour faire le maximum de bénéfice sur le dos de ceux qui travaillent.
Votre définition de la banque est bonne, c'est avant tout une entreprise commerciale pour faire du profit et être sûr d'être remboursé des sommes d'argent qu'elle prête.

Les murs se revendent en cas de faillite et vous le dites vous-même, les jeunes vendent des produits dont nous n'avons pas d'historique.

Ces jeunes peuvent se tourner vers BPI qui obligera la banque à prêter, mais via ses propre garanties, par ailleurs le développement local est appuyé par le conseil régional (exemple développement de l'activité des bourgs


Votre réponse à caractère confidentielle, hors forum: bp123fr@yahoo.fr
Revenir en haut Aller en bas
roger gal
Pique un peu
avatar

Masculin Messages : 14
Date d'inscription : 10/07/2015
Localisation Localisation : ille et vilaine

MessageSujet: Re: banques   Mer 15 Juil 2015 - 15:39

Pour ma part je n'ai pas non plus fini de payer ma maison mais soyons réaliste
Si ma banque fait faillite ma dette sera dans son actif et elle sera vendu pour payer ses dettes et une autre banque ou assurance ou fond de pension me presentera ses créances !
Le contrat de prêt exclu une demande de remboursement immédiat (voir "les raisins de la colère") sinon je n'est pas les moyens d'aller à l'hospice
Si le systéme entier se casse la gueule alors la maison après un pillage en règle par une quelconque bande armée sera à mois.
Mias je n'ai ni panneaux solaire ni eolienne pour avoir de l'electricité,  pas de puits donc pas d'eau un jardin qui peut en saison m'assurer une alimentation pendant 2 ou 3 jours à condition de manger les légumes crus, pour les protéines mes 2 chats sont trop vieux pour faire du tartare
Enfin comme dirait Angela "Morgen ist noch ein Tag"
Bon j'aimerais discuter avec quelqu'un qui me dirait "j'aime ma banque" ou cela est il réservé aux intermitants du spectacle moyennant un cahet!
sur ses pensée je vais aller dans mon jardin ramasser 2 courgettes le début de l'autarcie alimentaire!
Revenir en haut Aller en bas
roger gal
Pique un peu
avatar

Masculin Messages : 14
Date d'inscription : 10/07/2015
Localisation Localisation : ille et vilaine

MessageSujet: Re: banques   Jeu 16 Juil 2015 - 9:10

colere j'ai fait une faute d'orthographe par ligne!
Honte à moi
même pas l'excuse du langage SMS
pitié j'a ferait mieux la prochaine fois à condition que je retrouve mes fondamentaux et que je joue collectif avec un bon coatch (voir déclaration d'un sportif)
Ecrire n'importe quoi mais correctement 
BON QUI AIME SA BANQUE?
Confier vous nous pouvons tout entendre!
salut
Revenir en haut Aller en bas
Ben-J
Pilier du forum
avatar

Masculin Messages : 119
Date d'inscription : 06/03/2015
Localisation Localisation : Guipry

MessageSujet: Re: banques   Jeu 16 Juil 2015 - 10:38

Papa, votre vision de l'économie est déconcertante. Vous mélangez allègrement mercantilisme et libéralisme.
Admettez tout de même que tout commerce, en plus de sa vocation commerciale, a une fonction sociale (lieu de rencontre, d'animations, etc.) et sociétale (service de proximité, impôts...)
Ce priver de l'un ou l'autre revient à ce couper de sa clientèle (une boulangerie qui déciderait de ne vendre que des croissants et pas de pain, un boucher qui décide de ne vendre que du cheval, ou que sais-je encore: lorsque la cible n'est pas adaptée, la clientèle va ailleurs)
La comparaison ne vaut plus grand chose pour les banques, vu que leurs chiffre d'affaires ne se fait plus principalement au niveau des particuliers.
C'est d'ailleurs ce qui se passe au niveau européen, puisque ce n'est pas la BCE qui prête directement aux États, comme on pourrait le penser intuitivement, mais les États qui financent la BCE, laquelle défini un taux directeur et prête aux banques privées à ce taux, lesquelles reprêtent ensuite aux États aux taux du marché. Normalement le taux directeur étant bas, les banques devrait prêter plus facilement et permettre de relancer l'économie, en augmentant le "facteur risque acceptable", sauf qu'elles se sont rendus compte qu'il est bien plus facile de laisser péricliter l'économie générale afin de favoriser "l'emprunt public pour relancer l'investissement", qui est bien plus rentable au niveau d'un État que de quelques milliers d'entrepreneurs, surtout que les quelques décideurs politiques sont bien plus manipulables...
Obliger de passer par des fonds publics pour se lancer est un non-sens économique, puisqu'il s'agit simplement d'un transfert de dette du public au privé, donc forcément plus couteux à tous sur le long terme.
Alors, OK, si le principal objectif dans la vie, c'est de ramasser toujours plus de sous, le milieu financier a gagné, avec ou grâce aux politiques; mais au détriment du peuple, qui finira forcément par se rendre compte de quelque chose (même si les veaux sont partout, ils ne suivent pas tous Panurge).

Même si le prêt avec intérêt est avéré et légiféré depuis le code d'Hammurabi (-1750), il a été interdit par la suite, particulièrement durant le Moyen-Âge, jusqu'à Jean Calvin (Protestant). Il s'est ensuite propagé, particulièrement avec la Révolution Française, mais rappelons que le Vatican n'a rendu légal le prêt avec intérêt que depuis 1917 (Codex iuris canonici, c.1735) ...

Comme le dit Roger, commençons par son propre potager à son petit niveau, puis pourquoi pas multiplier les initiatives d'entraide pour éviter ce système au maximum?
Une éolienne ou un récupérateur d'eau n'est pas si difficile à construire avec les technologies actuelles, surtout depuis que la connaissance est partagée mondialement.
Après tout, l'humanité n'a t-elle pas survécu pendant des millénaires sans usuriers? Pour moi, une autre logique économique est souhaitable pour s'adapter à l'évolution de l'humanité, plutôt que de persister dans des idéologies et les erreurs du passé...
Comme dit plusieurs fois ici et ailleurs, replacer l'humain au centre des décisions politiques et économiques pourrait être un bon début.

@Roger:
Il suffit de cliquer sur "Modifier" pour pouvoir se corriger Je et pas j'a, coach en anglais ou entraîneur en français. Si on se met à essayer de franciser l'english, on a pas fini de faire des fautes ;) (à moins que ce ne soit du Ribéri? ^^)
Et j'aime pas spécialement ma banque, mais bien obligé de faire avec... Faut essayer de trouver la "moins pire" gerb


Dans Linux il y a un noyau, dans Windows des pépins...
Revenir en haut Aller en bas
papa
Pilier du forum
avatar

Masculin Messages : 521
Date d'inscription : 18/11/2014
Localisation Localisation : guipry

MessageSujet: Re: banques   Jeu 16 Juil 2015 - 11:23

Cher BEN-J vous donez les solutions enposant les questions.

Comme vous le dites, il est nécessaire que notre système évolue, ce qu'il est en train de faire et qui fait réagir tout un chacun.
Cette évolution doit prendre en compte l'existant et apporter les solutions aux regards des recherche de chacun d'entre nous.
Si nous suivons cette perspective et que nous trouvions cette ou ces solutions alors elles seront mises en oeuvre.
Nous avançons déjà en ce sens.
Prenons l'actionnariat, la propriété revient au peuple, il vous suffit d'acheter des actions et une partie de la société vous appartient. Celle-ci vous est accessible, ce qui n'était pas le cas avant.
Etes - vous sûr que vous utilisez tous les leviers qui sont mis à votre dispositions pour vous facilité la vie?
La méconnaissance, le défaut d'apprentissage créent des incompréhensions qui nous freinent, alors que nos possibilités inexploités sont sans communes mesures si nous savions les utiliser, n'est-ce pas.
Qu'elles solutions nous seraient opposées si celles-ci supplanteraient les politiques existantes? vous vous en doutez, nous serions irrémédiablement copiez par appropriation pour une nécessité et contrainte d'exister à terme sur le marché concurrentiel.
Cette voie de sortie est acceptable par tous, il vous reste à faire des propositions existantes qui ont cette faculté de transcender en ridiculisant l'existant tout en nous projetant vers ce que sera notre avenir.  
La voie nous est ouverte à tous et reste à construire.


Votre réponse à caractère confidentielle, hors forum: bp123fr@yahoo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Labaze
Concierge du forum
avatar

Masculin Messages : 1146
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 4
Localisation Localisation : GuipryMessac

MessageSujet: Re: banques   Jeu 16 Juil 2015 - 12:23

.
En fait,tout dépend sous quel angle on regarde sa banque !!!
Regardez bien l'affiche derrière cette conseillère puis cliquez sur l'image et vous verrez,ça change tout  


Cliquez sur l'image


@roger gal a écrit:
colere j'ai fait une faute d'orthographe par ligne!
Oui comme le souligne Ben-J,vous pouvez modifier vos anciens messages (encore heureux)
En haut à droite de chacun des messages vous avez le p'tit bouton


« Colère et intolérance sont les ennemis d'une bonne compréhension.  » Gandhi
Revenir en haut Aller en bas
http://guipry-messac.forumactif.org
roger gal
Pique un peu
avatar

Masculin Messages : 14
Date d'inscription : 10/07/2015
Localisation Localisation : ille et vilaine

MessageSujet: Re: banques   Jeu 16 Juil 2015 - 13:58

  content ce débat est lancé
si j'ai écrit j'a ferait  mieux c'es une parodie du langage sportif
et je remercie mon sponsor , mon coach , ma maman et casimir qui m'ont aidé à arriver à rien!
Les actions!
appartiennent aux peuples, là c'est quasi "les bisounours"
papa demande aux actionnaires de par ordre historique:
- Panama,
-l'emprunt Russe,
- les chemins de fer autrichiens
-le tunnel sous la manche
-Bernard Tapie finance
-natexi
Liste non hexaustive
Si tu n'a pas la minorité de blocage rien ne t'appartient
et encore même avec cette minorité c'est l'actionnaire majoritaire qui décide
en plus la plupart des statuts privilégient les actionnaires principaux (avec 10% du capital un actionnaire peut avoir 20%des voix!)
A notre niveau 10%  du capital d'une société du cac 40 représente 100 à 200 ans de SMIG
Dis toi bien que si des actions sont proposées au populo c'est que les banques les trouvent trop pourries ou pas assez rentables pour les acheter
C'est mon avis et je le partage mais personne n'est obligé d'y souscrire

Une éolienne de moins de 11 m n'est pas soumise à autorisation, pour les panneaux solaire attention au sites classés monuments historiques
bon il fait chaud marchez à l'ombre
pépé
Revenir en haut Aller en bas
Ben-J
Pilier du forum
avatar

Masculin Messages : 119
Date d'inscription : 06/03/2015
Localisation Localisation : Guipry

MessageSujet: Re: banques   Ven 17 Juil 2015 - 11:32

Labaze, tout est dit dans les photos ! Joliment trouvé ^^

En effet Papa, se contenter de croire que la Bourse c'est simplement un échange de parts d'entreprise (d'actions) c'est faire preuve d'une naïveté incommensurable, comme Roger vous en donne quelques exemples croustillant, en oubliant Suez...
Un particulier qui ouvre un compte-titre ou un PEA dans sa banque pourra certes acheter des actions (titre de propriété) ou des obligations (titre de créance), mais aussi investir dans des OPCVM (portefeuilles géré par la banque comprenant des SICAV et FCP).
Beaucoup plus rarement il n'aura accès au marché des changes (Forex, marché distinct de la Bourse) ou aux produits dérivés (Swap, Futures, Forwards) qu'avec un bon capital de départ et surtout une bonne connaissance du secteur.
(Grands noms du secteur : Bridgewater, JP Morgan... des gens biens soucieux de la populace quoi : par exemple en 2012, un trader (encore un français, Iksil, comme Tourre et Kerviel) de JP Morgan était surnommé Voldemort parce qu'il possédait 100 milliards de $ (!) de produits dérivés; il disait pouvoir marcher sur l'eau comme Jésus... Vous avez vu Wall Street? Ben là c'est pire.)

Les ultralibéraux croient à l'efficience du marché, considèrent que dans un marché ouvert où bon nombre d'acteurs font commerce, le prix d'un titre représente exactement sa valeur. Dans cette optique, il serait inutile de tenter de battre le marché en analysant chaque action puisque des milliers d'autres analystes l'ont déjà fait et que le prix contient déjà toute cette information. Les variations ultérieures des prix seraient ainsi fonction de nouveaux évènements imprévus et aléatoires, d'où une hypothèse annexe de la marche au hasard.
Moi je suis plutôt d'avis que la Bourse est un «concours de beauté», considérant que pour gagner en bourse, il ne faut pas investir sur l'entreprise potentiellement la plus rentable, mais sur l'entreprise dont tout le monde pense qu'elle est potentiellement la plus rentable. Cette différence qui peut paraître minime ouvre en fait une ère où la communication est reine. Il n'est pas toujours nécessaire à une entreprise d'être rentable, il peut suffire de le faire croire à une majorité, et de faire savoir que la majorité le croit.

Le capitalisme (surtout depuis la chute du mur de Berlin), et son intrication dans la démocratie représentative actuelle (où un petit nombre de personnes décident pour tous), est dépassé, de par ces conséquences sur la planète et par les moyens technologiques actuels.
Bien sûr il n'existe aucun système le remplaçant actuellement (même si j'ai pas l'impression que sa arrangerait les élites d'en changer et que ce n'est pas la voie choisie par les décideurs), c'est à chacun dans son coin d'agir autrement pour essayer d'enseigner aux générations futures une autre idéologie.
J'ai quand même dans l'idée qu'il faudrait recentrer l'échelle des valeurs sur l'humain et son travail plutôt que son capital et son profit. Revenir à une économie du "bon sens commun" en somme...

Je vous invite à lire cet article, plus tout jeune, mais qui soulève des questions intéressantes :

Le capitalisme dans le piège de la richesse - Die Zeit 10 novembre 2011 par Wolfgang Uchatus

Résumé
L'économiste autrichien Joseph Schumpeter a créé en 1942 une image pour décrire l'essence du capitalisme. C'est une machine. Qui produit de plus en plus de biens d'année en année. L'Allemand moyen possède environ 10.000 objets : TV, livres, meubles, appareil photo, cuisinière, machine à laver, téléphone portable, voiture, ordinateur, etc. La machine a donc bien fonctionné.
Pour que cette machine puisse continuer à fonctionner, les entreprises ont besoin de produire d'autres objets, nouveaux, ils ont besoin de clients.
Après la chute du Mur, le capitalisme s'est répandu dans le monde entier. Jusque dans les contrées les plus reculées d'Europe de l'Est, d'Asie, d'Afrique, il a trouvé de nouveaux marchés. Ces phases d'expansion du capitalisme ont toujours été accompagnées de poussées de croissance. Il n'est donc pas étonnant que la machine capitaliste tourne à fond dans les pays industrialisés, et que l'économie croisse comme jamais auparavant. Ceci n'aurait pas été étonnant. Mais ce n'est pas le cas. C'est le contraire qui s'est produit.
Une somme illustre très bien le tout : 381 milliards €. C'est la croissance du PIB allemand entre 2000 et 2007, juste avant la crise financière. Répartis sur 82 millions d'habitants, cela signifie que chaque Allemand a vu son revenu croître de 4646 € pendant cette période. C'est moins qu'avant, mais tout de même. Avec 4646 €, on peut s'acheter pas mal de choses.
Mais la vraie signification de ces 381 milliards apparaît quand on compare ce montant avec un 2ème montant. C'est le montant qui montre la croissance du déficit de l'Etat allemand entre 2000 et 2007. Il est également de 381 milliards €.
Bien avant la crise financière, la nouvelle prospérité du pays a donc été achetée en faisant des dettes. On se l'est empruntée. La croissance est une croissance imaginaire. La machine économique allemande tourne, mais à vide.
Cette machine capitaliste existe en plusieurs variations : en France, aux USA, au Japon. Elles sont toutes un peu différentes, façonnées par les lois, contrats de travail, gouvernements et syndicats. Dans les autres pays que l'Allemagne, la machine aurait donc pu tourner à fond. Mais ce n'est pas le cas. Que ce soit le capitalisme du laisser-faire américain, ou le capitalisme centralisé français ou le capitalisme du consensus japonais : si l'on déduit les dettes, il ne reste quasiment plus rien de la croissance économique.
Il convient de souligner qu'il ne s'agit pas de condamner le fait d'emprunter. Au contraire. Les dettes, l'emprunt, font partie de l'essence de l'économie de marché. On emprunte une somme, disons un million, que ce soit l'Etat ou une entreprise, pour produire des objets que les gens veulent acheter. Un million € investis dans de l'acier pour fabriquer des outils et payer les ouvriers et construire en fin de chaîne une série de voitures, si réussies qu'elles peuvent être vendues pour 2 millions €. C'est ainsi  que se crée l'augmentation de la richesse, la prospérité, la machine produit 20.000 objets à partir de 10.000. Mais dans les pays industrialisés, dans le capitalisme tel que nous le connaissons, l'Etat emprunte un million €, mais la valeur ne s'accroit pas, la prospérité non plus, seules les dettes augmentent.
Il doit bien y avoir quelque chose qui freine le capitalisme dans le monde. Ce quelque chose doit être nouveau, car il y a encore quelques décennies, l'économie était encore florissante en Allemagne, au Japon et aux USA. Ce quelque chose doit être puissant, plus puissant que l'essor produit par les nouveaux marchés d'Europe de l'Est et d'Asie. Et ce quelque chose n'a pas son origine dans les particularités nationales, sinon ce phénomène de « point mort » ne s'observerait pas en même temps dans tant de pays si différents. Qu'ont donc en commun les Allemands, les Français, les Japonais et les Américains d'aujourd'hui ?
Leur richesse
Les experts en économie ne parlent plus de « personnes », « d'êtres humains » mais de « consommateurs ». C'est leur fonction dans le système. Autrefois on achetait des livres neufs, on les lisait, on portait des t-shirts neufs, on jouait avec les jouets. Mais tout cela coûte du temps. Si l'Allemand moyen veut utiliser les 10.000 objets qu'il possède, il ne lui reste plus d'espace pour en acheter d'autres. La consommation, essentielle pour le capitalisme, devient son frein. Pour que l'économie croisse, il faudrait acheter de nouveaux objets constamment.
On peut résoudre le problème en incitant les gens à acheter sans consommer. Davantage de livres dans la bibliothèque, de vêtements dans les armoires, de jouets dans les chambres d'enfants, les inciter à vite les oublier pour en acheter d'autres. Avec une publicité raffinée, c'est possible, mais il arrive un moment où ce n'est plus réalisable. La machine capitaliste ralentit, puis s'arrête.
La plupart des pays développés en sont arrivés là. Les magasins ne sont pas vides, les gens achètent, mais ils achètent autant que l'année précédente, pour que la machine continue à fonctionner, ils devraient acheter davantage, chaque année.
Mais c'est difficile. Les marchés sont saturés. La machine avale ici un nouveau smartphone particulièrement intelligent, là un nouveau laptop chic. Mais pas plus.
Merveilleux d'être enfin rassasié. C'est ce qu'avait prédit un économiste. Il voyait ses petits-enfants posséder 8 fois plus de richesses que lui quand ils seraient adultes que sa propre génération. Que tous les besoins essentiels seraient satisfaits. L'économie cesserait de croître, le capitalisme aurait atteint son objectif de combler les manques, les hommes seraient satisfaits. Cet économiste était le Britannique John Maynard Keynes. Il décrivait ceci dans son essai « Les perspectives économiques pour nos petits-enfants », c'était en 1930. Ces petits-enfants, c'est nous.
Effectivement, le revenu par tête a été multiplié par 8 pendant cette période dans les pays les plus développés. La croissance s'est effectivement arrêtée. La satisfaction personnelle, pour ne pas dire le bonheur, ne croît plus dans des pays comme l'Allemagne ou les USA. Elle a cessé d'augmenter dans les années 70, alors que les gens possédaient autour de 6.000 objets, peut-être 7.000. Ce qui a augmenté à partir de là, ce sont les cas de « burn out » de dépendance aux psychotropes et de malades psychiques. Le capitalisme sans croissance sonne pourtant bien, on pourrait dire « prospérité sans stress ».
Si on répartit les revenus de manière plus égalitaire, si on partage le travail entre tous, de sorte que chacun ait une activité, les habitants de notre époque moderne pourraient se contenter de profiter de ce qu'ils possèdent. C'est ainsi que pensait Keynes. Il croyait que le système laisserait les gens tranquilles.
Pour comprendre pourquoi cela ne fonctionne pas il suffit d'écouter ou de lire les informations, on voit la démonstration de cette erreur de pensée comme sur une scène de théâtre en plein air.
La pièce qui y est jouée depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008 s'appelle : « crise financière ». Mais il ne s'agit pas d'une crise financière ou bancaire ou d'une crise de la dette. Ces termes désignent les conséquences mais pas les causes.
La plupart des investisseurs financiers étaient des banques. Leur rôle traditionnel est d'approvisionner en crédits les marchés en expansion. Mais les marchés ne croissaient plus vraiment. Beaucoup de banques sont passées du marché du crédit à celui de l'investissement. Mais quand la crise financière est arrivée, elles n'avaient plus rien pour financer leurs pertes. C'est ainsi que commença la crise bancaire.
Pour sauver les banques, il ne restait plus d'autre solution aux Etats industrialisés que de prendre d'énormes crédits. Mais ils étaient déjà en déficit. Ils avaient espéré pendant des années pouvoir rembourser leurs dettes par des rentrées fiscales provenant de l'augmentation de la croissance. Mais la croissance s'arrêta, les rentrées fiscales n'étaient pas au rdv, par le « sauvetage » des banques les dettes ont atteint des sommes astronomiques. C'est ainsi que commença la crise de la dette.
Finances, banques, dettes. Le problème est le manque de croissance.
Toutes les mesures politiques prises ces 3 dernières années de crise avaient pour but de relancer la croissance, de relancer la machine, c'est aussi un indicateur de la nature de cette crise. Les gouvernements allemands, japonais, américains on baissé les impôts, versé des subventions, décidé des « primes à la casse », il s'agissait de faire acheter.
Peut-être cela peut-il marcher ? Peut-être que les gens vont se remettre à consommer par miracle, peut-être que les Indiens et les Chinois vont bientôt devenir si riches qu'ils vont acheter les nouvelles voitures et machines produites chaque années par l'industrie allemande ? Peut-être qu'un inventeur trouvera le produit sensationnel qui donnera la faim d'acheter. Un Smartphone qui permet de voler par exemple...
Sinon, le monde industriel n'a que 2 voies pour l'avenir.
La première est de susciter la croissance par tous les moyens et de continuer comme avant, en faisant de nouvelles dettes, de nouvelles dépenses, en continuant la chute. La chute, c'est le CO2, ce gaz qui détruit le climat, c'est ce gaz que produit la machine capitaliste. Sa quantité est intimement liée au nombre d'objets que les gens possèdent. Jusqu'alors, on pouvait encore le considérer comme la contribution payée pour plus d'emploi, plus de valeur. On pouvait même argumenter en disant que le plus de prospérité et de croissance permettrait de financer de nouvelles technologies pour protéger l'environnement.
Mais si la croissance n'est qu'une croissance trompeuse et ne sert qu'à éviter le prochain krach bancaire, alors on est en droit de se poser la question de savoir avec quelle justification les pays industrialisés brûlent davantage de pétrole et de gaz.
On peut ignorer cette question, repousser sa réponse à demain, continuer à faire marcher la machine, d'une manière ou d'une autre, jusqu'à la prochaine crise.
C'est la première voie.
La 2ème voie est plus ardue, le chemin est plus escarpé et va vers l'inconnu. Il consiste à trouver des réponses à des questions de plus en plus complexes.
Est-il est possible d'organiser une société qui se contente de garder sa prospérité au lieu de l'augmenter ? Comment arriver à construire une économie qui augmente la satisfaction des gens, sans augmenter le chiffre d'affaires des entreprises ? Est-il possible de donner une valeur à la Nature, qui dépasse la valeur des 10.000 objets possédés ?

Une piste possible : Coopération comme alternative au capitalisme

Bon , désolé pour ce pavé, z'êtes pas obligé d'adhérer à mes idées loufoques, mais je voulais finir de développer mon point de vue sur le sujet ^^ savapa


Dans Linux il y a un noyau, dans Windows des pépins...
Revenir en haut Aller en bas
papa
Pilier du forum
avatar

Masculin Messages : 521
Date d'inscription : 18/11/2014
Localisation Localisation : guipry

MessageSujet: Re: banques   Ven 17 Juil 2015 - 14:17

Ben-J
 
Les pays émergeant créent de la valeur et fonctionnent. Ils représentent le marché pour les vingt années qui viennent.
C'est pourquoi nous devons nous imaginer d'autres moyens de fonctionner. Comme ceux que tu as retenus par exemple.
Pour avoir des effets escomptés, les solutions devront être généralisées aux pays industrialisés, ce qui n’est pas gagné, cela représente un travail pour lequel nous ne sommes pas organisé.
Plutôt que de faire une guerre, l'obsolescence par l'innovation est un critère retenu par les pouvoirs publics (le solaire, le bio, les économies d'énergie, la voiture électrique)
Je ne crois pas que ce soit suffisant, car elle ne répond pas aux besoins des personnes.
Ni d’ailleurs à la robotisation pour lequel on vient de débloquer plus de 30 Millions de subventions
Peut-être une augmentation du nombre de prisons ce qui semble déjà prévu.
Le déclenchement de conflit en nord Afrique, pour créer de la chair à canon et de la consommation d'armes. Cela fonctionne un peu en ce moment et ça occupe les politiques pour leur réélection, Holland et Caseneuve s'en donnent à cœur joie.
 
Comment les peuples des pays développés  pourraient s’inventer un nouvel avenir.
Devenir des forumeurs pour passer le temps en se grattant la tête, tout en espérant trouver de l’occupation à défaut de trouver des solutions.

C'est peut-être cela leur avenir, tant qu'ils pourront se payer du courant électrique !

En fait, il existe une autre alternative qui consiste à promouvoir le développement d'une politique locale.
 
Or, une telle stratégie, reprise par le conseil régional et l'Europe, a pour conséquence de développer la richesse par habitant.
 
En effet, à quoi cela servirait-il si nous investissions sur une population qui n’a pas de besoin ?
 
Il s’ensuit pour qu’une consommation prennent forme que la population achète le superflux et pour obtenir ce résultat qu’elle soit dégagée de tout soucis du lendemain.
 
Pour obtenir ce résultat, il faut qu’elle ait inéluctablement les moyens, donc la richesse.
 
Nous pouvons en déduire que dans un proche avenir la politique qui réussira, nous enrichira
 
Bien à vous !


Votre réponse à caractère confidentielle, hors forum: bp123fr@yahoo.fr
Revenir en haut Aller en bas
La Chouette
Pilier du forum
avatar

Féminin Messages : 295
Date d'inscription : 03/07/2014
Localisation Localisation : Nulle part ailleurs

MessageSujet: Re: banques   Sam 18 Juil 2015 - 17:42

"Coopération comme alternative au capitalisme" : excellent article, merci Ben-J

Dans le domaine agricole, la "cultura promiscuia" associant 3 variétés sur un même espace se pratiquait en Italie du Nord depuis ... le Moyen-Age. Je l'ai visualisée de nos jours en Italie du Sud et en Sicile. Ci-dessous : maïs, courges et haricots résistant mieux à la sécheresse (moins gourmand en eau, pas besoin d'engrais). A quand cette pratique chez nous dans les champs de maïs ?


Revenir en haut Aller en bas
papa
Pilier du forum
avatar

Masculin Messages : 521
Date d'inscription : 18/11/2014
Localisation Localisation : guipry

MessageSujet: Re: banques   Sam 18 Juil 2015 - 18:07

La chouette lancez vous dans le coatching vous aurez beaucoup de clients demandeurs en relation avec le climat dont la température ne cesse d'augmenter.

Il faudrait une liste de tous les truc et astuce comme celle-ci pour faire pousser nos légumes facilement et sans effort.


Votre réponse à caractère confidentielle, hors forum: bp123fr@yahoo.fr
Revenir en haut Aller en bas
La Chouette
Pilier du forum
avatar

Féminin Messages : 295
Date d'inscription : 03/07/2014
Localisation Localisation : Nulle part ailleurs

MessageSujet: Re: banques   Sam 18 Juil 2015 - 18:21

@papa a écrit:
La chouette lancez vous dans le coatching vous aurez beaucoup de clients demandeurs

J'ai déjà beaucoup donné au cours de ma longue carrière professionnelle à multiples facettes.

Faire de l'ombre aux potagers va devenir une priorité. Alors dès cet automne, n'hésitez pas à planter des charmilles qui seront également un excellent coupe-vent et un refuge apprécié des oiseaux. Leurs feuilles tombant au printemps suivant avec la pousse des nouvelles garderont de l'humidité au sol tout en fabricant un compost de qualité.
Revenir en haut Aller en bas
volaudessusd'unnid'coucou
Pilier du forum
avatar

Masculin Messages : 363
Date d'inscription : 15/03/2014
Localisation Localisation : Guipry-Messac

MessageSujet: Re: banques   Dim 19 Juil 2015 - 10:27

Et quels arbustes planter autour de nos fonds monétaires pour empêcher la spoliation redoutable des banques sur nos économies ? de la "monnaie du pape" peut-être ???

J'approuve, Pavé dans la mare : "les banques n'en ont rien à faire de prendre les moyens de relancer l'économie Elles n'agissent que pour faire le maximum de bénéfice sur le dos de ceux qui travaillent."

Encore un peu et on en redeviendra anarchiste ! Si toutefois, l'anarchisme pouvait se construire dans le calme et la paix sociale. UTOPIE ? Vous avez dit "UTOPIE" ?
Revenir en haut Aller en bas
papa
Pilier du forum
avatar

Masculin Messages : 521
Date d'inscription : 18/11/2014
Localisation Localisation : guipry

MessageSujet: Re: banques   Dim 19 Juil 2015 - 11:13

Le problème des banques repose sur le fait que de prêter sur le plan économique devient difficile car la création n'est pas viable et représente principalement un risque de perte important.
Or les directions ont un devoir de bonne gestion à présenter pour garder leur emploi (rejoint le problème des prérogatives des élus, chacun vit midi à sa porte) 
Pour qu'une banque prête, il faut lui garantir le risque, il nous manque des outils pour cela. La BPI a été créer pour cela par ces temps de crise.
Aujourd'hui beaucoup de projets peuvent être financés si le dossier d'affaire est bien monté.
Si vous avez un projet, nous pouvons ensemble le monter aidé de partenaire.

Rien ne sert de courir il faut partir à point!


Votre réponse à caractère confidentielle, hors forum: bp123fr@yahoo.fr
Revenir en haut Aller en bas
volaudessusd'unnid'coucou
Pilier du forum
avatar

Masculin Messages : 363
Date d'inscription : 15/03/2014
Localisation Localisation : Guipry-Messac

MessageSujet: Re: banques   Dim 19 Juil 2015 - 11:30

Dîtes-moi, Papa, dans quelle branche professionnelle travaillez-vous ?
Pouvez-vous inclure sur ce forum un lien vers la BPI, qu'on en sache davantage sur son fonctionnement ? Merci.
Revenir en haut Aller en bas
papa
Pilier du forum
avatar

Masculin Messages : 521
Date d'inscription : 18/11/2014
Localisation Localisation : guipry

MessageSujet: Re: banques   Dim 19 Juil 2015 - 11:51

@volaudessusd'unnid'coucou a écrit:
Dîtes-moi, Papa, dans quelle branche professionnelle travaillez-vous ?
Pouvez-vous inclure sur ce forum un lien vers la BPI, qu'on en sache davantage sur son fonctionnement ? Merci.

Cette vidéo est sympa.

http://www.bpifrance.fr/Bpifrance/Nos-metiers

Je suis fabricant de faute d'orthographe et de grammaire. Hormis la biologie et la médecine pour le reste, je me débrouille et m'adapte aux circonstances.

Bien cordialement

papa


Votre réponse à caractère confidentielle, hors forum: bp123fr@yahoo.fr
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: banques   

Revenir en haut Aller en bas
 

banques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Le forum des citoyens de la commune de Guipry-Messac  :: Social-Relationnel-Communication :: Services et entraides entre membres.-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet